Filtre
  • Brugelette - 11 novembre 2016

    Quelques photos

    depuis la Célébration à l'église

    jusqu'au Verre de l'amitié à l'Ecole communale

    en passant par les dépôts des fleurs

    aux trois Monuments

     

    010

    002

      

     

     

       

    003004

    008

    009

  • Fête du Roi - 15 novembre

    Dimanche 15 novembre - C’est aujourd’hui la « Fête du Roi ».

    roi thumb.2

    Sous le règne du Roi Léopold I, trois fêtes donnaient lieu à des commémorations: le 21 juillet (qui réfère à la prestation de serment du Roi), le 16 décembre (date anniversaire de sa naissance) et les fêtes nationales de septembre (pour commémorer les combats de la révolution). Lors de l'accession au trône du Roi Léopold II, il a été décidé en 1866 que la Fête de Sa Majesté serait célébrée le 15 novembre, date de la Saint Léopold.
    Sous le règne du Roi Albert I, la Fête du Roi avait lieu le 26 novembre (date de la Saint Albert) mais comme la mère du Roi était décédée le 26 novembre, il fut décidé de ramener la Fête du Roi au 15 novembre (Saint Léopold).
    Comme après la Première Guerre mondiale, la date du 15 novembre était fort rapprochée de celle du 11 novembre (fête nationale pour l'Armistice), la Fête du Roi était fixée au 27 novembre (la nouvelle date pour la Saint Albert).
    Dès 1934, après l'accession au Trône du Roi Léopold III, la Fête du Roi était de nouveau célébrée le 15 novembre et appelée "Fête Patronale de Sa Majesté le Roi". Durant l'absence au pays du Roi, le nom changeait en "Fête Patronale de la Dynastie".
    Quand le Roi Baudouin accéda au trône, il a décidé de conserver la date du 15 novembre à condition qu'à partir de 1952, cette fête patronale du fondateur serait placée sous le vocable "Fête du Roi", à l'exclusion de toute autre appellation.
    Actuellement, la Fête du Roi est toujours célébrée le 15 novembre et à cette occasion, un Te Deum (hymne) est chanté dans différentes villes et communes en Belgique. Le Te Deum de Bruxelles a lieu à la cathédrale (Saint Michel) en présence des membres de la Famille Royale. Depuis 2000, ce sont les autorités religieuses qui en assurent l'organisation; les autorités civiles organisent une cérémonie au Palais de la Nation.
    [Source: E. Van den Bussche, Le Protocole en Belgique, Kortrijk-Heule, UGA, 2012, dans : Calendrier liturgique 2015 à l'usage des diocèses belges francophones - CIPL - Année B - 2015 - LICAP]
  • Le journal "Dimanche" : une page se tourne...

    Je me souviens dans ma jeunesse... Le 'Dimanche' arrivait à la maison le vendredi... Oh ! il ne payait pas de mine, ce petit journal : quelques pages de papier jauni, le bon vieux papier journal d'antan, qu'on aimait prendre en mains même s'il nous laissait ses traces d'encre sur les doigts... Pas de couleurs non plus : seul le petit bandeau-titre et quelques touches sur la première page, une couleur toute simple qui variait de temps en temps, je ne sais plus selon quelle logique, mais cela n'avait aucune importance... L'essentiel était ailleurs : un ou deux articles de fond sur la première et la deuxième pages, et puis arrivait ce qui faisait la belle originalité du 'Journal du Curé', comme on l'appelait aussi : ses pages paroissiales... Géniale intuition de ses créateurs qui, dès les débuts (1946, je crois...), avaient voulu cette proximité : un journal des paroisses pour les paroissiens... Mot du Curé, annonces des baptêmes, mariages et funérailles, des rencontres qui allaient avoir lieu dans la paroisse, le compte-rendu de la réunion de telle équipe, un remerciement pour les funérailles d'un proche, les annonces de festivités locales, pas toujours religieuses d'ailleurs, mais qui participaient à la vie communautaire locale (combien de représentations théâtrales n'ai-je pas annoncées via le 'Dimanche' !... A l'époque, c'était le meilleur moyen de faire connaître une activité, car 'Dimanche' entrait dans toutes les chaumières), etc. A la maison, tout le monde le lisait : mon grand-père, c'était le vendredi soir ; mes parents, pendant le déjeuner entre deux fournées de pains, ma grand-mère en faisait la lecture de la sieste, et moi quand je rentrais de mes cours le vendredi après quatre heures avant d'entamer les corrections d'interros... Quand j'ai commencé à m'interroger sur ma vocation, c'est encore dans le ' Dimanche' que j'ai trouvé les premiers renseignements, notamment une adresse où il était possible de poser ses questions... et c'est ainsi que tout a commencé... Peut-être que si 'Dimanche' n'était pas entré dans la maison parentale, je ne serais pas prêtre au milieu de vous aujourd'hui...

    Puis est venue l'heure des changements, car notre société est ainsi faite qu'il faut « changer », sinon vous n'êtes plus « à la page »... Changer alors que peut-être personne parmi les lecteurs (les premiers concernés tout de même !) ne souhaitait de changement... mais changer quand même... Le format a changé : bof ! passons, si cela est plus facile pour les machines à imprimer... La couleur et les photos sont arrivées : ça, il faut le reconnaître, ce fut un « plus », un côté plus vivant, plus agréable... Puis viendront des articles de fond plus développés : cela apportait une information religieuse plus large, mais que bien souvent on pouvait obtenir par ailleurs, dans d'autres journaux et sur internet ; pourquoi faut-il que tout le monde fasse la même chose et relaie les mêmes informations ? pourquoi perdre ses spécificités pour se fondre dans le grand tout ? Bien sûr ! Cette nouvelle politique éditoriale aura des conséquences sur le journal, car celui-ci ne pouvait pas grossir indéfiniment (frais d'édition et de distribution obligent...), alors on a diminué les pages locales... pour finalement les remiser dans un petit supplément facultatif mensuel, mais qui était loin de répondre à l'intuition géniale des débuts : la proximité. Pourquoi ? Tout simplement parce que les conditions de réalisation rendaient le travail quasi impossible dans cet esprit : on n'est plus dans la proximité quand il faut prévoir les événements avec un à deux mois d'avance ! Les résultats de ces changements et surtout de la perte de la proximité locale furent immédiats : chute vertigineuse des abonnés dans nos paroisses ! Et pour cause : ce que l'on avait applaudi pendant des générations de paroissiens avait disparu au profit d'un contenu qu'on ne souhaitait pas... Vous pourrez continuer à vous abonner ; 'Dimanche' deviendra, à partir de janvier, un journal d'information chrétienne pour toute la Belgique francophone ; le supplément local ne sera plus imprimé. Ainsi en ont décidé les Administrateurs du journal ; nous en avons été informés par courrier.

    Une page se tourne... Dommage... vraiment... Qu'il me soit permis de remercier les secrétaires paroissiaux qui, depuis des années, ont participé à la rédaction des chroniques locales (ancienne formule) et qui, depuis les changements, ont essayé de s'adapter aux nouveaux impératifs... Un immense « merci » à Mme Carine Capron qui a accepté de se former, puis de porter la mise en page de la nouvelle version malgré les énormes difficultés que celle-ci comportait... Terminons quand même sur une note positive : la naissance de notre 'Courrier du Doyenné' qui simplement a essayé de reprendre l'initiative du 'Dimanche' des débuts : un journal de la paroisse pour les paroissiens... 

    Doyen Patrick Willocq

  • Assemblée d'Avent

    Basilique Notre-Dame de Tongre - Samedi 29 novembre 2014 - 17h00

    pastorale-liturgique-avent-1

    Grande Assemblée d'entrée en Avent

    et d'ouverture de l'Année liturgique

    pour toutes les Paroisses du Doyenné de

    Chièvres-Brugelette

    Le nouveau Lectionnaire de l'Eglise sera remis

    à chaque Communauté.

    A l'issue de la célébration, le verre de la "nouvelle année"

    sera servi au Centre marial.

    BIENVENUE A TOUS !

  • Concert de Noël

    téléchargement 6

    offert par la

    Royale Fanfare « Les Amis Réunis »

    de Vaudignies

    header

    sous la direction de M. Jean-Claude Deside

    Samedi 20 décembre 2014 – 20h00 - Basilique Notre-Dame de Tongre

    Entrée libre

  • Mévergnies - Sur le bord du chemin...

    DSCN0533

    Peut-être l'avez-vous croisée sans vraiment la voir... Elle était là pourtant, au bord du chemin, debout, toute ridée par les ans... Fragile témoin d'une foi simple mais vraie, elle avait été érigée sous le pastorat de l'abbé Joseph Delmée (1947-1956), à l'emplacement d'un ancien puits avec pompe publique. Elle, c'est la « Chapelle des Trieux » comme on l'appelle ici, à Mévergnies... Petite potale sur pied, encore appelée « borne-potale », elle ne paie pas de mine avec son style néo-gothique populaire en forme de lancette... Elle était là, simplement là, abritant une statuette de Notre-Dame de Lourdes, remplissant en toute discrétion son rôle de protectrice du passant ou intercédant pour les bonnes récoltes aux alentours. Elle menaçait ruine par faute de soins, la potale des Trieux... Une famille a dit : « Cela ne peut pas... » Et spontanément, chacun a retroussé ses manches, suivant les dons qui étaient les siens : nettoyage, maçonnerie, peinture, ferronnerie, plantations... Et la vieille potale a retrouvé une nouvelle jeunesse pour accueillir sa statue rénovée amoureusement par la « mamy »... Alors, il y a quelques jours, ce fut la fête aux Trieux : tout le quartier avait fait le déplacement, les Anciens se souvenaient d'autrefois... La petite potale et la statue de Notre-Dame étaient toutes prêtes pour recevoir la Bénédiction... « Seigneur, nous t'en prions : daigne bénir ce lieu ; que cette petite chapelle soit signe de ta présence aimante pour tous ceux qui prendront ce chemin ; dépose aussi ta bénédiction sur celles et ceux qui ont rénové cette potale pour qu'elle abrite dignement l'image de la Mère de ton Fils, Jésus le Christ, Notre Sauveur... Et que Notre-Dame des Trieux protège longtemps encore tous les habitants de son quartier... » Après la bénédiction, et malgré le crachin d'automne, ce fut la fête aux Trieux car on avait tout prévu, et le petit verre, et les petites gâteries, et la bonne humeur... Merci, Seigneur, pour ce beau moment de vie pastorale... Et puis merci, vraiment merci à toute la famille Buyse pour ce remarquable travail de restauration qui est en lui-même un beau témoignage de Foi...

    Doyen Patrick Willocq

   

Carnet de route  

CarnetdeRoute

   

Inscription Courrier du Doyenné

Si vous souhaitez recevoir par mail le Courrier du Doyenné, inscrivez-vous ici.
   
© 2014 BandBTnD

Nous utilisons des cookies pour améliorer notre site et votre expérience lors de son utilisation . Les cookies utilisés pour l' opération essentielle du site ont déjà été fixés.
Pour en savoir plus sur les cookies que nous utilisons et comment les supprimer , consultez notre politique de confidentialité : Voir ici .

J'accepte les cookies de ce site .

Information